MANIFESTE DU CLASTIC THÉÂTRE

 

 » Le concept de vie ne peut être réintroduit dans l’art que par l’absence de vie. » – Tadeusz Kantor / Le Théâtre de la Mort

 

C’est en essayant de parler aux morts de façon digne que l’on commence à vivre.

Le clastique a pour source la condition de la mort sur la scène et dans l’art.

 

Le Clastique existe à chaque fois que, pour parler de l’humain sur la scène, ou plus largement dans l’art, est mis en lumière : l’objet, le mannequin, la marionnette, le pantin… ou encore le comédien, s’il accepte sur le plateau la condition de la mort de son propre ego. Non pas l’acteur, celui qui fait et qui agit, mais l’interprète, le traducteur – traversé, rendu mannequin. Le corps rendu balise, repère immobile, souvenir.

 

Le Clastique est manifestation de la mort et affrontement au concept même de mort : jalon, trace ultime laissée par un vivant pour servir de repère aux survivants qui viendront rôder autour de l’art et du théâtre.

 

Le premier mot de l’alphabet Clastique est : S.O.S. Les mots suivants de l’alphabet clastique sont : fracture – détritus – prothèse –collage – bandage – pansement – juxtaposition – rencontre.

 

Les mots suivants sont : l’ombre, la trace, la marionnette, le mannequin, l’objet chargé de souvenirs, la silhouette. Les premiers adjectifs qualificatifs de cet alphabet sont : artificiel, dérisoire.

 

La marionnette, l’interprète, ne sont que des prothèses : à la fois restitution de la possibilité du mouvement vivant et marque permanente, irrémédiable de son absence.

 

L’interprète doit rejeter l’acteur et devenir le premier spectateur; le spectateur-modèle, témoin d’une présence.

 

Le frottement de l’interprète et de l’objet produit une relation détritique qui profite largement à l’imaginaire du spectateur.

 

L’objet accolé à l’acteur produit une fracture qui rend l’acteur vissable et dévissable de l’objet et de ses sens.

 

L’interprète visse et dévisse à loisirs des sens prothésiques à l’objet amputé de son utilité. Le théâtre est la prothèse de l’émotion.

 

La condition d’un Théâtre Clastique est de n’accepter sur scène que des traces pures, débarrassées de toute psychologie.

 

L’idée de la marionnette au cœur de l’écriture.

 

La vision clastique révèle le hors champ des mots.

Le Clastique fracture les frontières en aggravant, ouvre des blessures chez le spectateur. Le Clastique produit des monstres.

 

Le Clastique singe, signe, signifie la vie. Le Clastique laisse des traces. Le Clastique n’est pas permanent. Il est fragile. Il est provisoire. Il est lointain, terriblement étranger, il est exceptionnel.

 

François Lazaro – Daniel Lemahieu

Avril 1996

P.S. : Contrairement à ce que préconise Gordon Craig, il ne nous paraît pas nécessaire de tuer tous les acteurs.

 

In Brochure du spectacle Le Rêve de votre vie – Errance, de Pologne en Artois – Avril 1996 – Edité par Culture Commune et le Théâtre d’Arras.

 

Clastic: de l’adjectif “clastique” (du grec “klastos”; brisé).

 

  • – En géologie : désigne ce qui est issu de failles de terrain (détritus clastiques).
  • – En anatomie : qualifie ce qui a trait aux prothèses anatomiques démontables.
  • – En psychanalyse : la crise clastique se caractérise par un brusque et imprévisible changement d’état. La crise clastique est le plus souvent violente.