LABORATOIRE CLASTIC > 10 MARS 2015

 
LABO CLASTIC
Le texte contemporain et la marionnette sous toutes ses formes

Laboratoire d’expérimentation de formes dramatiques par la marionnette, l’objet, les matériaux.
MARDI 10 MARS 2015, à 18h30
au Clastic Théâtre
Carnet de création #2 : Origine / Monde
Aperçus de la prochaine création de François Lazaro et Daniel Lemahieu
Avec la complicité de Danièle Lemahieu et Rémi Deulceux
Spectacle gesticulé avec matériaux recyclés et morceaux oubliés (morceaux de monde, d’être, de théâtre, de pratique) pour retrouver la naissance des gestes du théâtre.

Mains de François Lazaro……………………Main droite de Daniel Lemahieu…………………….Mains de Danièle Lemahieu.

Au début , des mains, des gestes, des mains gestes, des gestes mains puis des mots, des jeux de mains, des mots de mains, de gestes, des phrases gestes puis des choses qui servent de résonateurs. Le poing brandi se sert du bras pour avoir un corps et prendre voix. L’innommable pointe son nez.

Sur le chemin d’un spectacle-manifeste, François Lazaro entrouvre la porte de sa fabrique intime, pour partager quelques-unes de ses certitudes et incertitudes, au milieu de la troisième résidence de travail avec son complice, l’écrivain de théâtre Daniel Lemahieu. Les deux hommes spécialistes du théâtre de, par, avec les matières, les objets, les pantins, les marionnettes, les mannequins, les prothèses, ont décidé de mettre en actes la somme de leurs observations, intuitions, sensations, notes de travail sur le sujet.

Partant d’une forme théâtrale de conférence-démonstration, François Lazaro explore à vue les rouages du théâtre, avec quelques matériaux pauvres, et nous guide dans les coulisses de sa fabrication. Gestes épars et idées flottantes.

Monsieur Tout Froissé
Performance Papierage
de et avec Elzbieta Jeznach

Si j’étais une feuille de papier, peut-être serais-je un Monsieur tout froissé ou un personnage tout plié. Sur une feuille de papier, depuis des siècles, on pose des mots secrets, des parfums, qui permettent de voyager, de transmettre des pensées. Je me lance dans une aventure : celle de savoir où m’emmène une feuille de papier, avec sa matière délicate et solide qui me trouble. J’aime bien son bruit et sa texture sensuelle. Je voudrais partager cela avec vous.

Elzbieta Jeznach livre le premier brouillon de son futur spectacle.

Il s’agit de la vie d’un personnage né d’une lettre. Un être fait d’une lettre qu’on reçoit puis qu’on froisse et qu’on jette. Il a recherché le grand amour. Il a rencontré une femme toute découpée qui voulait le rendre lisse pour lui donner une forme en le découpant. Puis il rencontre une femme déchirée, avec qui il vit une grande passion. Puis il rencontre une femme pliée sous forme d’un oiseau, un amour d’été…

CHRONIQUE CLASTIC n°11
par Rémi Deulceux

La tempête jette
le monde par dessus bord
nage allègrement.

(Haïku Clastic)

Mémoire de laboratoire
Mardi 17 février 2015

En présence de : Théo Arnulf, Paul Bruna-Rosso, Sophie Cyrklewski, Rémi Deulceux, Clément Dupuy, Guillaume Lecamus, Sylviane Maillet, Lydia Sevette.

« TRAG….? FRITU…? »
Interpréter par la marionnette
projet Agamemnon , de Rodrigo Garcia (Extraits)
par Théo Arnulf et Paul Bruna-Rosso.

Second précis de manipulation à l’usage des gens d’étude.

Comme le mois dernier, le laboratoire s’est ouvert sur la présentation de fin de stage de deux élèves de Paris 3 Sorbonne Nouvelle qui ont élaboré une proposition autour d’Agamemnon de Rodrigo Garcia

Installés derrière une régie qu’ils quitteront rapidement, Théo Arnulf et Paul Bruna-Rosso proposent, pour ce texte, un univers peuplé d’avatars de la société de consommation : entre les légumes – à oeil – les brosses à cheveux, les bouteilles de Coca®, tout gravite autour de la figure du père, seule marionnette humanoïde du dispositif.

Le dispositif proposé laisse une grande place aux manipulateurs, qui restent constamment à vue, et qui travaillent à une sorte de reconstitution de la journée familiale qui culminera dans des échanges philosophiques au MacDonald® du coin.

Ici la tragédie s’écrit au Ketchup. Du Rodrigo Garcia dans le droit fil, mais avec encore plus d’objets.

Origine / Monde (Carnet de création #1)
De François Lazaro et Daniel Lemahieu.

François Lazaro

« Au début, l’homme a planté ses gestes« 

Sans soucis de chronologie, François Lazaro nous a présenté quelques séquences en travail de sa nouvelle création. Installé à sa table, faisant face au public, il pense, il cherche, il réfléchit à haute voix. Qu’est ce que la marionnette ? D’où émerge-t-elle ? D’où jaillit-elle ? Comment donner l’illusion de la vie dans un mouchoir, un bout de mousse, un bout de bois ?

Dans cette quête, l’homme se rappelle à lui-même, redécouvre ses gestes, redécouvre le monde. L’origine de ses gestes qui, dans une volonté de raconter, une nécessité de dire ce qui l’entoure, sont peut-être la naissance de la représentation théâtrale.

CARNET DE NOTES #2

PROJECTION / RÉFLEXION

La projection est littéralement le fait de jeter vers l’avant.
La réflexion est un acte de la pensée qui revient sur elle-même pour examiner un objet.

Nous projetons une idée, une image vers/sur un support et nous pouvons alors les appréhender car extérieures à nous. C’est alors qu’une fois devenues objets nous pouvons les penser, les réfléchir.

« Le réel a besoin d’être fictionné pour être pensé » Le partage du sensible, J.RANCIÈRE.

Le théâtre de choses ne donne rien mais met en oeuvre, dispose les objets de manière à pouvoir accueillir/recueillir ce regard projeté par le public. Il suggère mais ne peut imposer. Il solicite constamment l’imaginaire du spectateur, il ne peut qu’être humble dans la considération qu’il a de lui-même. Humble, débarrassé d’orgueil.

C’est précisément à cet endroit que le théâtre de choses est précieux. Loin de balayer des velléités artistiques, il remet néanmoins le public dans un rôle actif, non plus simple assistant à une oeuvre mais clé du stratagème théâtral.

Rémi Deulceux

« Le réel a besoin d’être frictionné pour être sensé » – Aphorisme Clastic

Car après tout, qu’est-ce que le réel, sinon la somme de ses représentations en nous ? Voilà donc ce que peut libérer le théâtre. Et voilà son danger, nous rendre conscients du monstre en nous et non à l’extérieur. Voilà ce que le théâtre des choses permet d’entendre, car si ce ne sont pas des hommes comédiens qui l’ont fait à notre place, nous ne pouvons plus dire ces monstres (l’Avare, Othello, Arturo Hui…) sont humains. Nous ne pouvons pas non plus dire il ne s’agit que d’une histoire de pantins ou de boites de carton. Nous sommes bien obligés de constater que, le temps d’une représentation, rien n’est arrivé, sinon en nous mêmes. Que sur scène, les choses matières et et objets ont provoqué une friction à l’intérieur de nous. Que tout ce que nous avons vu nous l’avions en nous. Et qu’il s’agit uniquement de notre histoire.

François Lazaro

 

​ACTUALITÉS

Guillaume Lecamus et le Morbus Théâtre nous présentent leur nouvelle création : 54 x 13.

Rendez-vous au Théâtre aux Mains Nues

Du 10 au 21 mars à 20h
Relâche les 15,16 mars

Plus d’informations

Vous pouvez aussi consultez les activités de nos partenaires :
Le Théâtre aux Mains Nues (Paris 20ème)
La Nef (Pantin)
Le Mouffetard – Théâtre des Arts de la Marionnette
Le Théâtre Jean Arp à Clamart
THEMAA
Le PAM portail des arts de la marionnette

LABORATOIRE CLASTIC 16ème année

L’utilisation de matières, d’objets, d’effigies, de marionnettes au théâtre, interroge et renouvelle les formes de l’interprétation et re-poétise la représentation dramatique. Qu’est-ce qui oeuvre au coeur de cette émergence et bouleverse la représentation ?

Le Laboratoire constitue un appel à projets permanent. Il se veut un moment, hors des obligations de production, pour explorer librement des formes d’interprétation, des pressentiments, des options, des pistes de travail, des entreprises fragiles. Il se veut aussi un lieu de redécouverte du théâtre par les objets et les corps artificiels.

Chaque mois, le laboratoire réunit interprètes confirmés, amateurs, metteurs en scène, auteurs, plasticiens et jeunes artistes. Chacun apporte et montre son travail. Il s’agit d’un jardinage collectif pour conserver au théâtre sa biodiversité naturelle.

Le Laboratoire est également un lieu d’auscultation du texte contemporain. Le théâtre a besoin d’auteurs, de dramaturgies fortes, de contenus à partager. Il ne peut se réduire à un simple moment de divertissement. Nous avons pensé, un moment, que la bataille des auteurs était gagnée. Il n’en est rien. La réalité de la diffusion théâtrale nous redit l’engouement du public (ou des diffuseurs ? ou des financeurs ?) pour les formes faciles, étonnantes, nouvelles, formelles, divertissantes.

Peut-on, doit-on, faut-il continuer ? A travers le temps, le Laboratoire fonctionne comme une porte ouverte à l’inconnu, parfois submergé, parfois désert. Il demeure un moment irremplaçable, comme un ostinato en musique, qui ne dit rien en soi mais maintient la tension. Le laboratoire est un lieu de résistance.

François Lazaro

Le Laboratoire Clastic est soutenu par le Ministère de la Culture DRAC d’Ile-de-France, la Région Ile-de-France, le Conseil Général des Hauts-de-Seine, et la Ville de Clichy-la-Garenne.

PROCHAIN LABO
Mardi 21 avril 2015
N’hésitez pas à nous faire part de vos projets à expérimenter et à partager.
CLASTIC THEATRE
62, boulevard Victor Hugo, 92110 Clichy – Métro Porte de Clichy.
01 41 06 04 04 – clastic@clastictheatre.comwww.clastictheatre.com