FRANÇOIS LAZARO

FRANÇOIS LAZARO

Directeur artistique du Clastic Théâtre et du Laboratoire Clastic.

L'ogre et la poupée - Mimmo se manipulant lui même

Metteur en scène, interprète, auteur, François Lazaro multiplie les expériences théâtrales depuis les années 70. Il développe un travail de création théâtrale avec des pantins, des mannequins, des marionnettes, des objets, des matériaux, des poupées : un théâtre du corps et du personnage hors de soi, une poétique du vivant et de l’inerte, entremêlés.

Après les années de théâtre de marionnette expérimental et le postulat d’un théâtre visuel, de 1973 à 1983, il fonde sa propre compagnie en 1984 pour revenir au service du texte et à un théâtre de l’exploration de l’humain.

On se souviendra, entre autres, de son adaptation du Horla, d’après Guy de Maupassant (1984), des Portes du regard (1985), spectacle parcours avec lequel il inaugure la première Friche théâtre de Marseille (direction Philippe Foulquié), de Pour finir encore (1989), dont Samuel Beckett lui accorde les droits, de Entre chien et Loup (1994), qui lui fait rencontrer l’écrivain de théâtre Daniel Lemahieu et le plasticien art brut Francis Marshall, du Rêve de votre vie et de ses 60 pantins, avec les mêmes, créé à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, dans le cadre du Festival d’Avignon (1999).

Il travaille avec André Pomarat et le Centre Régional Jeune public d’Alsace, pour qui il met en scène trois spectacles, dont « La Légende des siècles » de Victor Hugo (3 prix au « Off » d’Avignon 1985). Il met en scène la première pièce de Véronique Olmi « A demain Modigliani »(1990). Il entretient un partenariat avec le Théâtre National Banialuka, en Pologne, où l’invitent son fondateur, le scénographe Jerzy Zitzman puis la dramaturge Lucyna Kozien: Samotnosc (Solitude1988), sur des textes de Bruno Schulz, Martfe slowa ( Paroles mortes ou lettres de Pologne – 1996), Le roi se meurt, d’Eugène Ionesco (2009).

Récemment, il met en scène, Des Hurlements montaient le long des saules pleureurs (2013), spectacle hybride qui confronte art brut et territoires industriels et co-écrit avec Daniel Lemahieu Origine/Monde (2015), sur le chemin d’un Manifeste du Théâtre Clastic.

Un certain nombre de noms d’interprètes restent attachés à son travail, parmi lesquels Pierre Alanic, Nicolas Gousseff, Philippe Rodriguez-Jorda, Guillaume Lecamus, Rirzard Sypnievski et les interprètes du Théâtre polonais Banialuka..

Au fil de ses créations, il privilégie le texte dramatique contemporain, d’auteurs vivants de préférence, collabore avec des plasticiens et des musiciens atypiques. Il développe, notamment, un compagnonnage de vingt ans avec l’écrivain de théâtre Daniel Lemahieu. On retiendra aussi son long compagnonnage avec Aurelia Ivan avec qui il collabore pour plusieurs mises en scène. Depuis 2013, il a engagé un parcours avec l’écrivain de théâtre Rémi Deulceux.

Il met sur pied les Journées professionnelles de la marionnette à Clichy, avec l’enseignant chercheur Didier Plassard.

Il interroge dans son travail les concepts d’interprétation par délégation et de parler pour, qu’il explore également dans sa pédagogie. Son travail, souvent en référence à l’art brut, à la musique contemporaine, aux ritualisations (individuelles ou collectives), éclaire la notion de marionnette en l’ouvrant à des gestes artistiques proches des gestes du travail ouvrier ou des rituels intimes. Il privilégie un théâtre pour tous et n’hésite pas à investir des bars, des appartements, des lieux de mémoire ouvrière ou des espaces patrimoniaux en friche.

Parallèlement à la création et aux tournées, la transmission occupe une place importante dans sa démarche. Depuis 1996, François Lazaro dirige un atelier de pratique théâtrale consacré à l’interprétation par la marionnette à l’Institut d’Etudes Théâtrales de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et collabore avec l’Université d’Artois. Il a été Responsable pédagogique de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières de 2001 à 2003. Il collabore avec l’INECAT (Art et thérapie) et avec plusieurs organismes de formation théâtrale et universités. Il enseigne en France et à l’étranger et contribue régulièrement, à des travaux de recherche.

Il a créé dans sa compagnie un laboratoire de la jeune création qui fait aujourd’hui référence, le Laboratoire Clastic.

 

ACTIVITÉS D’ENSEIGNEMENT

François Lazaro a été dès la fin des années 70, l’un des rares créateurs spécifiques du théâtre utilisant des objets, préoccupé de la formation aux pratiques de la marionnette en direction des interprètes professionnels. Il a également développé un travail de sensibilisation en direction des publics de l’Éducation Nationale (Écoles Normales, Rectorats, Direction des Lycées et Collèges, Direction des Écoles), des praticiens du secteur socio-culturel et des publics de théâtre, essentiellement adultes et souvent en décalage avec les pratiques habituelles.

Son parcours, dans ce domaine, commence à une époque, majoritairement ignorante des pratiques du théâtre de marionnette, où rien n’existait en France de manière structurée, du point de vue de l’enseignement ou de l’initiation à cet art de la représentation.

Il organise dès 1978 des stages, tant en France qu’à l’étranger, dont le but n’est pas de spécialiser à une pratique spécifique, mais d’ouvrir à des voies innovantes pour l’interprète qui ne se réduiraient plus à l’utilisation de son propre corps mais se prolongeraient par l’utilisation d’extensions synthétiques (marionnettes, objets, mannequins, matériaux).

Il milite pour une politique de formation professionnelle consacrée à ces pratiques, en France, notamment au sein du C.N.M. (Centre National des Marionnettes) et contribue avec Alain Recoing et Jean-Pierre Lescot à la sensibilisation des institutions qui permettront quelques années plus tard l’aboutissement du projet d’une École Nationale de la Marionnette.

Il obtient dès 1981 l’organisation de stages agréés par l’AFDAS qu’il dirige d’abord au sein de sa compagnie d’alors, la Compagnie DARU, puis sous l’égide du C.N.M.

Il organisera et dirigera de 1982 à 1992 tous les stages de découverte et de formation organisés par le C.N.M. puis par le festival « Les Semaines de la Marionnette à Paris », chaque année, en direction des publics des Rectorats de la région d’Ile de France, et du grand public (3 à 5 par an).

Il organise des stages spécialisés pour l’Éducation Nationale : pour la Direction des Lycées et Collèges, pour la Direction des Écoles, pour une quinzaine de Rectorats et Écoles Normales (puis I.U.F.M.) sur tout le territoire, et intervient dans certains stages nationaux et certaines Universités d’Été consacrées au théâtre.

Il intervient à l’E.S.N.A.M. (École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette) de 1979 à 2003 en tant que chargé de stages et membre du Conseil Pédagogique.

Il dirige depuis 1996 un Atelier de Pratique Théâtrale consacré à l’interprétation par la marionnette, à l’Institut d’Études Théâtrales, Université de Paris

Il a participé à l’action de formation de la Friche la Belle de Mai et de Massalia Théâtre de Marionnettes, à Marseille.

Il a été Responsable Pédagogique de l’ESNAM (École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette) de Charleville-Mézières de juin 2001 à décembre 2003 et Professionnel Associé (PAST) à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Paris III, Sorbonne Nouvelle, de 2002 à 2008.

 

IL INTERVIENT RÉGULIÈREMENT DANS LES STRUCTURES SUIVANTES

– Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle : Atelier de pratique théâtrale consacré à l’interprétation par la marionnette.

– I.N.E.C.A.T. (Institut d’expression de création, d’art et de thérapie) : formation de formateurs en Art thérapie « la création comme processus de transformation » dirigé par Jean Pierre Klein.

– Université d’Artois, Arras (62) : Stage « Interpréter par la marionnette » organisé en direction des étudiants (DEUG 2 de l’U.F.R. de lettres)

– ACTEA – École d’acteurs à Caen.